L’entrée par les acteurs

C’est en croisant approches économiques et sociologiques, que seront compris les logiques sociales, esthétiques voire éthiques de la création et les modalités de son insertion dans la dialectique marchandisation/patrimonialisation, de sa rémunération par la propriété intellectuelle (PI) et de leurs effets dans les chaines de coopération.

Cette approche par les acteurs débutera par l’observation de la patrimonialisation et ses effets esthétiques sur la création variétale à travers les catalogues de concours et la presse spécialisée, dans les catalogues des obtenteurs. Ceci doit aboutir à la construction d’un premier portrait de la profession à partir d’(auto)biographies d’obtenteurs français de façon à guider les enquêtes futures.

Pour ce qui concerne les obtenteurs et éditeurs, l’objectif est double. D’une part, il s’agit d’analyser « le monde social » des créateurs de roses, professionnels et amateurs, et les chaines de coopération qui le composent, en montrant d’une part les spécificités des obtenteurs, les caractéristiques sociales et les conventions qui les fédèrent et d’autre part la grande diversité des situations sociales et des positions au regard des logiques de marchandisation et de patrimonialisation. En quoi les logiques individuelles révèlent-elles les conditions de l’innovation et ce qui les a prédisposés à s’insérer dans les logiques de marchandisation et de patrimonialisation du végétal ? Quels sont les effets de la Protection Intellectuelle (PI) sur les parcours des créateurs et plus globalement sur l’organisation des chaines de coopération des rosiers de jardin (RJ) et des roses coupées (RC) ?

D’autre part, il s’agira aussi d’analyser les critères de la création variétale de ces obtenteurs et éditeurs. Quels sont ces critères, esthétiques mais aussi agronomiques, environnementaux, économiques et commerciaux, mobilisés par les obtenteurs pour créer de nouvelles roses ? Comment les obtenteurs articulent-ils ainsi apport patrimonial et rapport marchand ? Comment justifient–ils ces arbitrages ou compromis ? En quoi la relation obtention/édition joue-t-elle dans ces arbitrages ? Les critères de la création variétale révèleront les tensions entre marchandisation et patrimonialisation, entre démocratisation consumériste et distinction élitaire, entre aspirations personnelles et contraintes de l’aval, éventuellement répercutées par les éditeurs au sein des chaines de coopération de rosiers de jardin et de roses coupées.

Enfin, en lien avec l’exploitation de la base des certificats d’obtention végétale (COV) et des bases de données économiques sur les sociétés (« Diane» du Bureau Van Dijk pour les comptes d’entreprises françaises, la base « Médina » de l’INRA pour les échanges et le poids des marchés au niveau européen, la base de l’Office Communautaire des Variétés Végétales pour l’analyse des variétés protégées), les récits de ces créateurs seront contextualisés pour comprendre la nature des relations avec les autres acteurs des chaines de coopération mais aussi les alliances au sein d’associations ou les tensions avec les acteurs d’autres domaines du végétal (semenciers par exemple), notamment sur la question de la propriété intellectuelle(PI), ainsi que sur l’encadrement de la production par des contrats de licence. Ici, l’hypothèse est que les critères de la création variétale sont partiellement dictés par l’aval (attentes et contraintes des marchés) tant pour la filière roses coupées que pour celle des rosiers de jardin et que la rémunération de la PI pèse sur le choix des stratégies d’entreprise de production, les contraignant selon les variétés produites, soit à une logique de marchandisation pour amortir le coût financier des royalties, soit à une logique de patrimonialisation pour la valorisation de variétés non protégées (COV éteints et/ou valorisation de variétés anciennes ou bouturées).

Les comportements des producteurs de roses seront eux aussi explorés. Quels critères mobilisent-ils pour sélectionner les variétés que leur proposent les éditeurs et les obtenteurs et ainsi construire leur catalogue ? Comment arbitrent-ils entre les contraintes dictées par le marché et les innovations créatives proposées par les éditeurs ou les obtenteurs ? En retour, comment et avec quels arguments les obtenteurs et les éditeurs emportent-ils l’adhésion des producteurs ? Comment ces critères condensent-ils la tension entre marchandisation et patrimonialisation et expriment-ils le « populuxe » et la façon dont chaque producteur, en fonction de son business plan propre, se positionne par rapport à lui ?

L’hypothèse est que les gérants d’unités productives ou les producteurs arbitrent entre des contraintes commerciales (les bénéfices escomptés, le coût des royalties, etc.), des contraintes agronomiques liées aux qualités du site, des anticipations esthétiques et des critères distinctifs personnels. Cela revient à faire une géographie de la médiation créative. Des entretiens qualitatifs et une observation de type ethno-anthropologique – auprès des producteurs, sur leurs sites de production ou dans les foires horticoles où ils rencontrent les éditeurs, les obtenteurs et les commerçants-, peuvent étayer ou infirmer cette hypothèse.