L’entrée par les lieux

Pour cette approche du programme RosesMonde, la première tâche consiste à identifier les variétés cultivées en Europe (France et Hollande surtout) et en Afrique, ceci pour disposer d’une cartographie afin de savoir s’il y a une spécialisation variétale des bassins de production. Il s’agira aussi savoir quelles sont les variétés de roses coupées les plus vendues, les plus primées. Cette vision à l’échelle globale de la production de roses coupées fera émerger les critères de succès et d’échec des variétés de rose mises en marché depuis une dizaine d’années. En comparant les catalogues de vente et l’éventail de la production de serres françaises, hollandaises et est-africaines, il s’agit de confirmer, à travers le critère variétal, l’intégration de l’agri-business rosicole dans les logiques de la Division Internationale du Travail et de caractériser les espaces productifs au regard des logiques de marchandisation et de patrimonialisation.

La connaissance de la consommation, en l’occurrence française, s’établira à l’échelle des métropoles bordelaise et parisienne à partir du recensement de lieux de commercialisation et des usages des fleurs, leur contextualisation socio-spatiale. Elle devrait révéler des dynamiques de distinction élitaire, de démocratisation consumériste et de « populuxe » du capitalisme. Afin de répondre à cette question importante pour rendre compte des horizons commerciaux des producteurs mais aussi des créateurs et de leurs créations, une géographie variétale de la demande de fleurs complétera la cartographie des variétés cultivées.

L’objectif est de rendre compte des tendances esthétiques, patrimoniales et commerciales qui travaillent le marché. Une attention particulière sera portée aux variétés portées par les circuits courts dont l’émergence relativement récente réactive certains secteurs de production périurbains et articule préoccupations environnementales, préoccupations phénotypiques et préoccupations distinctives.

En enquêtant en Afrique, c’est le rôle joué par les serres de démonstration (show cases) dans la création variétale qui sera exploré. Dans quelle mesure la phase de test qui s’y déroule, impacte-t-elle sur l’introduction des fleurs sur le marché ? Comment les obtenteurs intègrent-ils cette phase de test dans leurs activités créatives ? L’hypothèse est que les show cases fonctionnent comme des lieux de création, internes aux entreprises, où la création variétale s’élabore de manière collégiale. L’ambition est de suivre certains comités de visite que les dirigeants et obtenteurs des grandes entreprises d’obtention européennes effectuent dans les show cases africains. A intervalles réguliers, ils viennent observer de visu et in situ les variétés testées et, collégialement le plus souvent, décider de poursuivre, intensifier ou abandonner les essais de culture. Cette sélection s’appuie sur des critères révélateurs de la façon dont les acteurs gèrent la tension créative, les exigences esthétiques et les contraintes commerciales.

Par ailleurs, ces serres de démonstration accueillent aussi les producteurs en quête de nouvelles variétés. A l’occasion de leurs visites, les agents des obtenteurs ne manquent jamais de solliciter leur avis – agronomique, esthétique, commercial – sur les variétés en cours de test pour, ensuite, en rendre compte aux créateurs eux-mêmes. Ce dialogue créatif est donc à étudier de près, dans ces échanges dans lesquels l’économique, l’esthétique, le social, l’agronomique voire l’affectif s’entremêlent. Pour cette observation, nous utiliserons les liens tissés au Kenya et en Ethiopie avec les agents locaux des obtenteurs européens et nous solliciterons le regard de deux professionnels pour nous aider dans la compréhension des stratégies de sélection.