Visite exploratoire de Rungis

La nécessité d’une visite exploratoire de Rungis s’est imposée comme une évidence quand il a s’agit de commencer à s’intéresser à la mise sur le marché des roses coupées, qui plus est ce à l’approche de la Saint Valentin et des fêtes des Grands-mères dont la régularité calendaire supporte les pics de vente importants. « Le plus grand marché de frais du monde » comme ses acteurs se plaisent à le seriner ne pouvait être ignoré.

RUNGIS JANVIER 2016 (81)
Les chiffres avancés par les responsables de communication du MIN parlaient d’eux-mêmes : les 12 000 employés, les 232 hectares attirent 26 000 entrées par jour et génèrent un CA annuel de 9 milliards d’euros. La population approvisionnée est d’environ 18 millions de personnes, dépassant largement la seule agglomération parisienne. Il ne pouvait donc être question d’ignorer Rungis. Lire la suite

L’entrée par les variétés

Cet axe du programme RosesMonde regroupe les travaux en génétique et en histoire centrés sur l’étude de la diversité des variétés obtenues, commercialisées et conservées au cours du XXe siècle et au début du XXIe siècle. Il a pour objectif de caractériser l’évolution de la diversité génétique sous l’impact des facteurs sociétaux impliqués dans les processus de création, de patrimonialisation et de marchandisation des rosiers.

Avec l’analyse génétique de la diversité des rosiers aux XXe-XXIe siècles, il sera mis en évidence la contribution de différentes variétés (nouvelles introductions variétales versus rosiers anciens) à la diversité, afin de rechercher les ruptures/continuités dans la création variétale. L’analyse sera réalisée à partir de 32 marqueurs microsatellites sur 1400 rosiers sélectionnés. L’objectif est de repérer les discontinuités génétiques liées à certaines introductions de variétés nouvelles ou au contraire à l’utilisation récurrente de certaines roses anciennes dans la sélection au cours du 20ème siècle. Il s’agit donc d’identifier les dates clés, les tournants, les bifurcations de l’innovation variétale de façon à confronter ces résultats avec les travaux émanant des approches par les acteurs et les lieux.

C’est au séquençage des gènes impliqués dans le contrôle des caractères sélectionnés, de 384 individus représentatifs des phases de rétrécissement et d’élargissement de la diversité génétique, que seront confrontées les stratégies de sélection et de croisements des créateurs de roses. Il en résultera une analyse des gènes impliqués dans la floraison, le développement, l’architecture, le parfum, la couleur, la tolérance aux stress biotiques et abiotiques, etc. C’est ainsi que sera identifier la nature génétique des critères esthétiques, agronomiques, environnementaux, etc. L’ensemble de ces données génétiques abondera une base informatisée comportant un module de données bibliographiques (données passeports -année d’obtention, obtenteurs, prix-, données phénotypiques, données historiques relatives aux sources, données socio-économiques). Comportant entre 20 000 et 40 000 entrées, cette base permettra des interrogations croisées pour consolider tout autant l’étude de l’évolution des principaux critères esthétiques, culturaux ou commerciaux de la mode horticole, que celle des méthodes d’obtention.

L’étude des évolutions de la mode horticole s’appuiera sur les descriptions des variétés faites dans les catalogues des obtenteurs et ceux des producteurs. Rapprochées aux critères dominants (couleur, forme de la fleur, floraison, port, résistance aux maladies, usages) disponibles dans la base de données constituée, permettra de mettre en évidence les ruptures et les continuités intervenues au cours du XXe siècle. Ces changements seront aussi articulés aux évolutions des modalités de production (culture en conteneur, culture « tropicale »), de distribution (grandes surfaces de jardinage), des habitudes de consommation (jardins individuels, espaces verts publics), etc. Ces critères seront ensuite confrontés aux argumentaires mobilisés lors des concours, lors de l’attribution des médailles, lors du parrainage par des personnalités pour déterminer ce qui confère leur valeur aux variétés remarquables.

Cette évolution de la mode horticole s’intéressera particulièrement aux caractères qui confèrent aux variétés un aspect « ancien » (fleur en forme de coupe, mousseuses, etc.), pour évaluer la persistance ou, au contraire, la disparition – réapparition de ces caractères au cours du XXe siècle. Il sera ainsi possible de conclure sur l’articulation création /patrimonialisation autant au niveau discursif (description de rosier « de type ancien » d’obtention récente) qu’au niveau génétique, par l’étude de la proximité entre ces rosiers et les variétés anciennes. Pour la période plus récente, l’étude historique sera croisée avec l’étude des discours des obtenteurs.

Enfin, cet axe étudiera les méthodes d’obtention. Comme toute création, l’obtention combine savoirs et savoir-faire. L’étude des interactions, ici entre pratiques horticoles et connaissances scientifiques, dans sa dimension épistémologique, permettra de saisir le positionnement des créateurs par rapport à leur activité et par rapport à la spécificité de leur objet de travail, à savoir sa nature vivante. Seront analysées les obtentions traditionnelles (multiplication végétative des mutants spontanés, semis du hasard, semis contrôlés, fécondation artificielle) et nouvelles (mutation provoquée, polyploïdie), dans l’hypothèse que ces dernières sont d’abord réservées aux obtentions destinées à la production de fleurs coupées. La persistance des conceptions néo-lamarckiennes de l’hérédité, l’intégration des connaissances en génétique, puis en biologie moléculaire permettront d’analyser la construction du patrimoine rosicole comme ressource génétique. Enfin, l’apparition de nouveaux critères (résistance aux maladies, exigences environnementales) sera analysée pour comprendre de quelle manière les exigences des consommateurs et des marchés incitent les créateurs à la collaboration avec les sciences de la vie.

Un second volet étudiera le rapport science-pratiques, soit dans l’éloignement et la critique, soit dans le rapprochement et la co-construction des savoirs. L’histoire de la protection intellectuelle, de l’apparition des exigences environnementales ainsi que de la rhétorique de l’opposition spontané/cultivé permettront d’approfondir la problématique cruciale du projet, celle des rosiers dans leur qualité d’objets vivants et techniques à la fois, intégrés dans des circuits d’innovation spécifiques, dans la tension entre leur nature biologique et leurs usages patrimoniaux et marchands.

L’entrée par les lieux

Pour cette approche du programme RosesMonde, la première tâche consiste à identifier les variétés cultivées en Europe (France et Hollande surtout) et en Afrique, ceci pour disposer d’une cartographie afin de savoir s’il y a une spécialisation variétale des bassins de production. Il s’agira aussi savoir quelles sont les variétés de roses coupées les plus vendues, les plus primées. Cette vision à l’échelle globale de la production de roses coupées fera émerger les critères de succès et d’échec des variétés de rose mises en marché depuis une dizaine d’années. En comparant les catalogues de vente et l’éventail de la production de serres françaises, hollandaises et est-africaines, il s’agit de confirmer, à travers le critère variétal, l’intégration de l’agri-business rosicole dans les logiques de la Division Internationale du Travail et de caractériser les espaces productifs au regard des logiques de marchandisation et de patrimonialisation.

La connaissance de la consommation, en l’occurrence française, s’établira à l’échelle des métropoles bordelaise et parisienne à partir du recensement de lieux de commercialisation et des usages des fleurs, leur contextualisation socio-spatiale. Elle devrait révéler des dynamiques de distinction élitaire, de démocratisation consumériste et de « populuxe » du capitalisme. Afin de répondre à cette question importante pour rendre compte des horizons commerciaux des producteurs mais aussi des créateurs et de leurs créations, une géographie variétale de la demande de fleurs complétera la cartographie des variétés cultivées.

L’objectif est de rendre compte des tendances esthétiques, patrimoniales et commerciales qui travaillent le marché. Une attention particulière sera portée aux variétés portées par les circuits courts dont l’émergence relativement récente réactive certains secteurs de production périurbains et articule préoccupations environnementales, préoccupations phénotypiques et préoccupations distinctives.

En enquêtant en Afrique, c’est le rôle joué par les serres de démonstration (show cases) dans la création variétale qui sera exploré. Dans quelle mesure la phase de test qui s’y déroule, impacte-t-elle sur l’introduction des fleurs sur le marché ? Comment les obtenteurs intègrent-ils cette phase de test dans leurs activités créatives ? L’hypothèse est que les show cases fonctionnent comme des lieux de création, internes aux entreprises, où la création variétale s’élabore de manière collégiale. L’ambition est de suivre certains comités de visite que les dirigeants et obtenteurs des grandes entreprises d’obtention européennes effectuent dans les show cases africains. A intervalles réguliers, ils viennent observer de visu et in situ les variétés testées et, collégialement le plus souvent, décider de poursuivre, intensifier ou abandonner les essais de culture. Cette sélection s’appuie sur des critères révélateurs de la façon dont les acteurs gèrent la tension créative, les exigences esthétiques et les contraintes commerciales.

Par ailleurs, ces serres de démonstration accueillent aussi les producteurs en quête de nouvelles variétés. A l’occasion de leurs visites, les agents des obtenteurs ne manquent jamais de solliciter leur avis – agronomique, esthétique, commercial – sur les variétés en cours de test pour, ensuite, en rendre compte aux créateurs eux-mêmes. Ce dialogue créatif est donc à étudier de près, dans ces échanges dans lesquels l’économique, l’esthétique, le social, l’agronomique voire l’affectif s’entremêlent. Pour cette observation, nous utiliserons les liens tissés au Kenya et en Ethiopie avec les agents locaux des obtenteurs européens et nous solliciterons le regard de deux professionnels pour nous aider dans la compréhension des stratégies de sélection.

L’entrée par les acteurs

C’est en croisant approches économiques et sociologiques, que seront compris les logiques sociales, esthétiques voire éthiques de la création et les modalités de son insertion dans la dialectique marchandisation/patrimonialisation, de sa rémunération par la propriété intellectuelle (PI) et de leurs effets dans les chaines de coopération.

Cette approche par les acteurs débutera par l’observation de la patrimonialisation et ses effets esthétiques sur la création variétale à travers les catalogues de concours et la presse spécialisée, dans les catalogues des obtenteurs. Ceci doit aboutir à la construction d’un premier portrait de la profession à partir d’(auto)biographies d’obtenteurs français de façon à guider les enquêtes futures.

Pour ce qui concerne les obtenteurs et éditeurs, l’objectif est double. D’une part, il s’agit d’analyser « le monde social » des créateurs de roses, professionnels et amateurs, et les chaines de coopération qui le composent, en montrant d’une part les spécificités des obtenteurs, les caractéristiques sociales et les conventions qui les fédèrent et d’autre part la grande diversité des situations sociales et des positions au regard des logiques de marchandisation et de patrimonialisation. En quoi les logiques individuelles révèlent-elles les conditions de l’innovation et ce qui les a prédisposés à s’insérer dans les logiques de marchandisation et de patrimonialisation du végétal ? Quels sont les effets de la Protection Intellectuelle (PI) sur les parcours des créateurs et plus globalement sur l’organisation des chaines de coopération des rosiers de jardin (RJ) et des roses coupées (RC) ?

D’autre part, il s’agira aussi d’analyser les critères de la création variétale de ces obtenteurs et éditeurs. Quels sont ces critères, esthétiques mais aussi agronomiques, environnementaux, économiques et commerciaux, mobilisés par les obtenteurs pour créer de nouvelles roses ? Comment les obtenteurs articulent-ils ainsi apport patrimonial et rapport marchand ? Comment justifient–ils ces arbitrages ou compromis ? En quoi la relation obtention/édition joue-t-elle dans ces arbitrages ? Les critères de la création variétale révèleront les tensions entre marchandisation et patrimonialisation, entre démocratisation consumériste et distinction élitaire, entre aspirations personnelles et contraintes de l’aval, éventuellement répercutées par les éditeurs au sein des chaines de coopération de rosiers de jardin et de roses coupées.

Enfin, en lien avec l’exploitation de la base des certificats d’obtention végétale (COV) et des bases de données économiques sur les sociétés (« Diane» du Bureau Van Dijk pour les comptes d’entreprises françaises, la base « Médina » de l’INRA pour les échanges et le poids des marchés au niveau européen, la base de l’Office Communautaire des Variétés Végétales pour l’analyse des variétés protégées), les récits de ces créateurs seront contextualisés pour comprendre la nature des relations avec les autres acteurs des chaines de coopération mais aussi les alliances au sein d’associations ou les tensions avec les acteurs d’autres domaines du végétal (semenciers par exemple), notamment sur la question de la propriété intellectuelle(PI), ainsi que sur l’encadrement de la production par des contrats de licence. Ici, l’hypothèse est que les critères de la création variétale sont partiellement dictés par l’aval (attentes et contraintes des marchés) tant pour la filière roses coupées que pour celle des rosiers de jardin et que la rémunération de la PI pèse sur le choix des stratégies d’entreprise de production, les contraignant selon les variétés produites, soit à une logique de marchandisation pour amortir le coût financier des royalties, soit à une logique de patrimonialisation pour la valorisation de variétés non protégées (COV éteints et/ou valorisation de variétés anciennes ou bouturées).

Les comportements des producteurs de roses seront eux aussi explorés. Quels critères mobilisent-ils pour sélectionner les variétés que leur proposent les éditeurs et les obtenteurs et ainsi construire leur catalogue ? Comment arbitrent-ils entre les contraintes dictées par le marché et les innovations créatives proposées par les éditeurs ou les obtenteurs ? En retour, comment et avec quels arguments les obtenteurs et les éditeurs emportent-ils l’adhésion des producteurs ? Comment ces critères condensent-ils la tension entre marchandisation et patrimonialisation et expriment-ils le « populuxe » et la façon dont chaque producteur, en fonction de son business plan propre, se positionne par rapport à lui ?

L’hypothèse est que les gérants d’unités productives ou les producteurs arbitrent entre des contraintes commerciales (les bénéfices escomptés, le coût des royalties, etc.), des contraintes agronomiques liées aux qualités du site, des anticipations esthétiques et des critères distinctifs personnels. Cela revient à faire une géographie de la médiation créative. Des entretiens qualitatifs et une observation de type ethno-anthropologique – auprès des producteurs, sur leurs sites de production ou dans les foires horticoles où ils rencontrent les éditeurs, les obtenteurs et les commerçants-, peuvent étayer ou infirmer cette hypothèse.