L’entrée par les acteurs

C’est en croisant approches économiques et sociologiques, que seront compris les logiques sociales, esthétiques voire éthiques de la création et les modalités de son insertion dans la dialectique marchandisation/patrimonialisation, de sa rémunération par la propriété intellectuelle (PI) et de leurs effets dans les chaines de coopération.

Cette approche par les acteurs débutera par l’observation de la patrimonialisation et ses effets esthétiques sur la création variétale à travers les catalogues de concours et la presse spécialisée, dans les catalogues des obtenteurs. Ceci doit aboutir à la construction d’un premier portrait de la profession à partir d’(auto)biographies d’obtenteurs français de façon à guider les enquêtes futures.

Pour ce qui concerne les obtenteurs et éditeurs, l’objectif est double. D’une part, il s’agit d’analyser « le monde social » des créateurs de roses, professionnels et amateurs, et les chaines de coopération qui le composent, en montrant d’une part les spécificités des obtenteurs, les caractéristiques sociales et les conventions qui les fédèrent et d’autre part la grande diversité des situations sociales et des positions au regard des logiques de marchandisation et de patrimonialisation. En quoi les logiques individuelles révèlent-elles les conditions de l’innovation et ce qui les a prédisposés à s’insérer dans les logiques de marchandisation et de patrimonialisation du végétal ? Quels sont les effets de la Protection Intellectuelle (PI) sur les parcours des créateurs et plus globalement sur l’organisation des chaines de coopération des rosiers de jardin (RJ) et des roses coupées (RC) ?

D’autre part, il s’agira aussi d’analyser les critères de la création variétale de ces obtenteurs et éditeurs. Quels sont ces critères, esthétiques mais aussi agronomiques, environnementaux, économiques et commerciaux, mobilisés par les obtenteurs pour créer de nouvelles roses ? Comment les obtenteurs articulent-ils ainsi apport patrimonial et rapport marchand ? Comment justifient–ils ces arbitrages ou compromis ? En quoi la relation obtention/édition joue-t-elle dans ces arbitrages ? Les critères de la création variétale révèleront les tensions entre marchandisation et patrimonialisation, entre démocratisation consumériste et distinction élitaire, entre aspirations personnelles et contraintes de l’aval, éventuellement répercutées par les éditeurs au sein des chaines de coopération de rosiers de jardin et de roses coupées.

Enfin, en lien avec l’exploitation de la base des certificats d’obtention végétale (COV) et des bases de données économiques sur les sociétés (« Diane» du Bureau Van Dijk pour les comptes d’entreprises françaises, la base « Médina » de l’INRA pour les échanges et le poids des marchés au niveau européen, la base de l’Office Communautaire des Variétés Végétales pour l’analyse des variétés protégées), les récits de ces créateurs seront contextualisés pour comprendre la nature des relations avec les autres acteurs des chaines de coopération mais aussi les alliances au sein d’associations ou les tensions avec les acteurs d’autres domaines du végétal (semenciers par exemple), notamment sur la question de la propriété intellectuelle(PI), ainsi que sur l’encadrement de la production par des contrats de licence. Ici, l’hypothèse est que les critères de la création variétale sont partiellement dictés par l’aval (attentes et contraintes des marchés) tant pour la filière roses coupées que pour celle des rosiers de jardin et que la rémunération de la PI pèse sur le choix des stratégies d’entreprise de production, les contraignant selon les variétés produites, soit à une logique de marchandisation pour amortir le coût financier des royalties, soit à une logique de patrimonialisation pour la valorisation de variétés non protégées (COV éteints et/ou valorisation de variétés anciennes ou bouturées).

Les comportements des producteurs de roses seront eux aussi explorés. Quels critères mobilisent-ils pour sélectionner les variétés que leur proposent les éditeurs et les obtenteurs et ainsi construire leur catalogue ? Comment arbitrent-ils entre les contraintes dictées par le marché et les innovations créatives proposées par les éditeurs ou les obtenteurs ? En retour, comment et avec quels arguments les obtenteurs et les éditeurs emportent-ils l’adhésion des producteurs ? Comment ces critères condensent-ils la tension entre marchandisation et patrimonialisation et expriment-ils le « populuxe » et la façon dont chaque producteur, en fonction de son business plan propre, se positionne par rapport à lui ?

L’hypothèse est que les gérants d’unités productives ou les producteurs arbitrent entre des contraintes commerciales (les bénéfices escomptés, le coût des royalties, etc.), des contraintes agronomiques liées aux qualités du site, des anticipations esthétiques et des critères distinctifs personnels. Cela revient à faire une géographie de la médiation créative. Des entretiens qualitatifs et une observation de type ethno-anthropologique – auprès des producteurs, sur leurs sites de production ou dans les foires horticoles où ils rencontrent les éditeurs, les obtenteurs et les commerçants-, peuvent étayer ou infirmer cette hypothèse.

Les 21 et 22 mars, premier workshop du consortium

Comme envisagé lors de l’élaboration du projet, tous les membres du consortium se réuniront les 21 et 22 mars dans le cadre d’un premier workshop qui se déroulera dans les locaux de l’Institut National de Recherche Agronomique sur le campus d’Angers.

Une première session des travaux sera consacrée à la confrontation disciplinaire et aux questions de méthode. Ensuite sera abordé la question particulière de la sélection ds 1400 rosiers destinée à l’analyse ADN des variétés.

Pour la seconde journée, les contributeurs au projet seront rejoints par deux experts, messieurs Bernard MANDÔ, aujourd’hui président de l’association des Amis de la Roseraies du Val de Marne, et Jacques MOUCHOTTE, ancien responsable de la création variétale chez MEILLAND, avec qui seront discutés les critères de sélection pour la constitution du panel de roses.

 

De la renaissance du rosier Verdun à la création du rosier Garance : entre objet mémoriel et re-construction identitaire

Dans le N° 98 (Juin 2015) du bulletin « Roses et Roseraies » de l’association des Amis de la Roseraie du Val de Marne, Emile COMOY revient, pour sa rubrique LE NOM DES ROSES, sur les rosiers dont leur dénomination variétale et donc commerciale, sera associée à la Grande Guerre. Quelques-unes font référence bien sûr à des personnages directs ou non de cette période historique : Madame Raymond Poincaré (1914, Gravereaux) , Petite Françoise (1915, Gravereaux, du prénom de la petite fille de l’obtenteur ), Le Poilu (1915, Barbier), Ghislaine de Féligonde (1916, TURBAT), Auguste Gervais (1918, BARBIER), Maréchal Foch (1918, Levavaseur). Et d’autres, dont le nom rappelle directement des territoires aux batailles que certains disent mémorables, créés par les Frères Barbier, obtenteurs orléanais: La Marne (1915), Verdun (1918), La Champagne (1918), La Somme (1919).

Était-ce pour ces quelques obtenteurs, dont l’âge leur épargnera la mobilisation, une opportunité commerciale ou l’expression d’un empressement patriotique en hommage aux vaillants poilus ? Et, n’oublions pas le rosier La France Victorieuse (1919, attribué à Jules Gravereaux décédé en 1916 !) comme si, symboliquement, il fallait rapidement assigner un sens valeureux à ce premier conflit mondial afin d’occulter chez les survivants civils et militaires, les errements des états majors et l’hécatombe humaine qui s’en suivra.

Si plusieurs de ces rosiers sont encore au catalogue de certains pépiniéristes, on peut aussi parfois apercevoir les autres dans des roseraies ayant vocation de conservatoire, arpentées par des rosaflophiles passionnés. C’est ainsi que débutera la renaissance du rosier Verdun tombé en désuétude, grâce à un habitant de la ville homonyme, Marc Petit. En 2010, c’est en parcourant les allées de la roseraie du Val de Marne, à l’Haÿ-les-Roses, ancienne propriété du rhodologue Jules Gravereaux, que ce Verdunois découvrira ce rosier arbustif à petites fleurs rouges, et apparemment selon divers notices descriptives, peu odorantes. Dans le souhait d’abonder sa collection personnelle, il effectuera des recherches pour retracer l’histoire de ce rosier. Et c’est grâce à la collaboration du conservatoire de Rosiers sur Loire et de la pépinière Loubert qui possède encore moins d’une dizaine de rosiers, que de nouveau, des plants seront obtenus. Cette renaissance ne va pas s’arrêter là.

Le rosier Verdun

Le rosier Verdun

En effet des commémorations s’annoncent, et même pour un Verdunois qui ne l’a pas vécu, la Grande Guerre est ancrée dans les gènes du territoire marqué par la folie guerrière. Epaulée par l’association Agir pour le Verdunois qui milite en faveur du rayonnement de la ville, germe l’idée d’en faire un symbole positif ; sa culture sera relancée. Convié, le lycée horticole de Roville aux Chênes, dans les Vosges, en assura, dans le cadre d’un projet pédagogique historique et technique, le développement de la production et l’élaboration d’une fiche d’entretien. Les élèves de 3ème seront récompensés de leur investissement : en novembre 2014, en leur présence, le Ministre de l’Agriculture remettra un rosier Verdun à chacune des agricultrices décorées de l’ordre du mérite agricole qui ont tenu les fermes familiales en l’absence des hommes. La commercialisation du rosier a été confiée à la société SEV, spécialisée dans l’aménagement et l’entretien des espaces verts et implantée près de Verdun. Lire la suite

Un consortium interdisciplinaire

L’originalité et l’enjeu scientifique de ce projet repose sur l’interdisciplinarité du consortium constitué.

En combinant approches économiques, sociologiques, historiques, géographiques et génétiques, RosesMonde apportera un regard novateur sur la création qu’est l’obtention variétale des roses. Le projet porte haut cette ambition interdisciplinaire par son architecture autour d’ateliers de travail et d’un axe final de synthèse grâce à des études de cas (Becker, 2010), dont la collégialité permet de résoudre la tension entre patrimonialisation et marchandisation.

Cependant, l’ambition interdisciplinaire ne gomme pas les ambitions disciplinaires respectives. Au niveau génétique, RosesMonde apportera une connaissance de la diversité des rosiers du XXe et XXIe siècle. A ce jour, les études ont été réalisées sur un nombre limité de rosiers (une centaine), RosesMonde permettra une vision plus exhaustive à travers l’analyse de 1400 génotypes et ainsi de mieux préciser les évolutions de cette diversité et le rôle joué par les introductions (de variétés sauvages ou de variétés anciennes) dans cette évolution.

L’approche historique vise à dépasser l’histoire érudite des amateurs de rosiers en replaçant le rosier dans son contexte de connaissances et de pratiques. Elle a l’ambition de développer une méthode originale qui prend en compte la double historicité biologique et sociétale des plantes cultivées. Il s’agit aussi d’inscrire la création variétale dans le contexte historique des modes esthétiques, des distinctions sociales et des épistémologies. Cette contextualisation est essentielle au projet mais constitue également une ambition disciplinaire propre dans la mesure où il s’agit d’œuvrer à la connaissance des dynamiques de la structuration sociale et de la constitution des savoirs sur la période contemporaine.

L’ambition géographique est de répondre au défi lancé par David Harvey (2008) de dessiner « une nouvelle géopolitique du capitalisme » en articulant une observation nuancée de la division internationale du travail (DIT) à l’échelle globale et une observation des mises en marché, de la consommation variétale et des usages floricoles comme marqueurs de distinction et de fragmentation à l’échelle métropolitaine. L’ambition est d’insister sur les effets de lieux, de coprésence et de multi-territorialité sur le développement territorial et la construction des « petits mondes » (Zimmerman) localisés.

Au niveau économique, RosesMonde permettra d’identifier les leviers de valeur et la répartition de cette valeur entre les acteurs de l’obtention-édition et de la production européenne pour les filières rosiers de jardin (RJ) et roses coupées (RC). Ces données économiques permettront de préciser le modèle de performance et de gouvernance des entreprises et acteurs pesant sur la création variétale.

En sociologie, l’ambition réside dans l’analyse des parcours de vie des obtenteurs dans leurs diverses dimensions, professionnelles, familiales… et d’autre part dans l’analyse de l’activité de création en la situant dans une chaine de coopération (RJ ou RC). La combinaison novatrice de ces deux approches permettra d’analyser les tensions entre marchandisation et patrimonialisation du végétale, et de comprendre comment les créateurs sont amenés à les hybrider de diverses façons.

Nathalie FERRAND rejoint le CERHIO pour contribuer au projet RosesMonde

N Ferrand

Au 1er janvier 2016, Nathalie FERRAND a rejoint le CERHIO pour contribuer au travaux du projet RosesMonde.

Titulaire d’une thèse en histoire soutenue en décembre 2013, ses travaux ont porté sur les rosiéristes de la région lyonnaise entre 1820 et 1939. Exploitant des archives privées, cette recherche entendait apporter des éléments nouveaux à la connaissance d’un marché étroit déterminé par la mode. Ce travail de recherche a été distingué par le Prix de thèse, décerné par la Société Nationale d’Horticulture Française (SNHF).

Lire la suite