De la renaissance du rosier Verdun à la création du rosier Garance : entre objet mémoriel et re-construction identitaire

Dans le N° 98 (Juin 2015) du bulletin « Roses et Roseraies » de l’association des Amis de la Roseraie du Val de Marne, Emile COMOY revient, pour sa rubrique LE NOM DES ROSES, sur les rosiers dont leur dénomination variétale et donc commerciale, sera associée à la Grande Guerre. Quelques-unes font référence bien sûr à des personnages directs ou non de cette période historique : Madame Raymond Poincaré (1914, Gravereaux) , Petite Françoise (1915, Gravereaux, du prénom de la petite fille de l’obtenteur ), Le Poilu (1915, Barbier), Ghislaine de Féligonde (1916, TURBAT), Auguste Gervais (1918, BARBIER), Maréchal Foch (1918, Levavaseur). Et d’autres, dont le nom rappelle directement des territoires aux batailles que certains disent mémorables, créés par les Frères Barbier, obtenteurs orléanais: La Marne (1915), Verdun (1918), La Champagne (1918), La Somme (1919).

Était-ce pour ces quelques obtenteurs, dont l’âge leur épargnera la mobilisation, une opportunité commerciale ou l’expression d’un empressement patriotique en hommage aux vaillants poilus ? Et, n’oublions pas le rosier La France Victorieuse (1919, attribué à Jules Gravereaux décédé en 1916 !) comme si, symboliquement, il fallait rapidement assigner un sens valeureux à ce premier conflit mondial afin d’occulter chez les survivants civils et militaires, les errements des états majors et l’hécatombe humaine qui s’en suivra.

Si plusieurs de ces rosiers sont encore au catalogue de certains pépiniéristes, on peut aussi parfois apercevoir les autres dans des roseraies ayant vocation de conservatoire, arpentées par des rosaflophiles passionnés. C’est ainsi que débutera la renaissance du rosier Verdun tombé en désuétude, grâce à un habitant de la ville homonyme, Marc Petit. En 2010, c’est en parcourant les allées de la roseraie du Val de Marne, à l’Haÿ-les-Roses, ancienne propriété du rhodologue Jules Gravereaux, que ce Verdunois découvrira ce rosier arbustif à petites fleurs rouges, et apparemment selon divers notices descriptives, peu odorantes. Dans le souhait d’abonder sa collection personnelle, il effectuera des recherches pour retracer l’histoire de ce rosier. Et c’est grâce à la collaboration du conservatoire de Rosiers sur Loire et de la pépinière Loubert qui possède encore moins d’une dizaine de rosiers, que de nouveau, des plants seront obtenus. Cette renaissance ne va pas s’arrêter là.

Le rosier Verdun

Le rosier Verdun

En effet des commémorations s’annoncent, et même pour un Verdunois qui ne l’a pas vécu, la Grande Guerre est ancrée dans les gènes du territoire marqué par la folie guerrière. Epaulée par l’association Agir pour le Verdunois qui milite en faveur du rayonnement de la ville, germe l’idée d’en faire un symbole positif ; sa culture sera relancée. Convié, le lycée horticole de Roville aux Chênes, dans les Vosges, en assura, dans le cadre d’un projet pédagogique historique et technique, le développement de la production et l’élaboration d’une fiche d’entretien. Les élèves de 3ème seront récompensés de leur investissement : en novembre 2014, en leur présence, le Ministre de l’Agriculture remettra un rosier Verdun à chacune des agricultrices décorées de l’ordre du mérite agricole qui ont tenu les fermes familiales en l’absence des hommes. La commercialisation du rosier a été confiée à la société SEV, spécialisée dans l’aménagement et l’entretien des espaces verts et implantée près de Verdun.

L’association Agir pour le Verdunois va promouvoir le rosier. Des particuliers en feront l’acquisition, plusieurs communes en implanteront dans leurs massifs fleuris. La ville de Verdun n’est pas en reste. Outre la conception d’une allée mémorielle dans le Parc Japiot où un rosier Verdun sera planté en juin 2014, plusieurs autres lieux de la cité de la Paix en posséderont. Forte de cette première réussite, et pour ne pas en rester à cette expérience de renaissance florale qui pourrait être assimilée à une attitude trop préservatrice, l’association veut renouer avec cette pratique d’antan des rosiéristes qui consistait à dédier un rosier à un événement. Dans la lignée des commémorations du centenaire, dont les membres de l’association souhaitent se saisir pour affirmer le potentiel créatif de ce territoire de mémoire, le rosier Garance, Centenaire de la Grande Guerre sera ainsi créé.

Le rosier Garance, Centenaire de la Grande Guerre

Le rosier Garance, Centenaire de la Grande Guerre

Il faudra plusieurs années pour repérer chez l’obtenteur et pépiniériste belge LENS, ce rosier adapté à un climat continental sans intersaisons très marquées (gelées précoces en automne, gelées tardives au printemps) et à la terre calcaire des côtes de la Meuse. L’ambition était de disposer d’un rosier aux fleurs « toniques, modernes, parfumées, remontantes, buissonnant ». Avec un cœur jaune, les pétales seront rouge garance, couleur du sang versé, et des képis et pantalons dont sont affublés les fantassins français au début du conflit, au motif que « le rouge c’est la France » selon Eugène Etienne, Ministre de la guerre. L’état-major comprendra que cela fait des soldats des cibles idéales pour la mitraille allemande et se ravisera en imposant dès l’hiver 1915 un couvre-képi et un couvre-pantalon de couleur bleu-horizon.

Pour partager cette création, l’association mobilisera les Verdunois d’abord pour un sondage quant au choix de son nom (trois propositions étant faites) et pour l’organisation des festivités à l’occasion de son baptême le 21 mai prochain. Martine SERGENT, Présidente d’Agir pour le verdunois, a sollicité Christophe MALAVOY qui a accepté d’en être le parrain. Comédien et réalisateur, il est aussi auteur de plusieurs ouvrages dont « Parmi tant d’autres » (1996) qui rend hommage à ce grand père connu par les seuls objets remis à la famille puisque décédé lors d’un assaut en Champagne en 1915.

L’initiative de la création du rosier s’est vue décerné le label Centenaire distinguant les projets les plus innovants et les plus structurants pour les territoires. A ce titre, le baptême du rosier devrait figurer au programme national officiel des commémorations du Centenaire.

Pour suivre l’actualité du rosier Garance-Centenaire de la Grande Guerre, cliquez ici .